L’église de Saint-Germain

Inscrite à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1993

Située en bordure de Gartempe, l’église était une dépendance de l’abbaye de Saint-Savin, au XIIe s. Son décor de peintures murales, visible aujourd’hui, remonte au 3ème quart du XIXe s. Le chœur a reçu un décor de peintures polychromes ainsi que de surprenantes peintures en grisaille que l’on doit à Octave Pichault (1827-1907), originaire de Poitiers. Ces dernières, qui ont la particularité de donner l’illusion de bas-reliefs, mettent en scène la vie de Saint-Germain, évêque d’Auxerre. Elles se voient complétées par l’image d’un Christ, assis sur un trône accompagné de deux anges (voûte en cul de four) et par celles de deux figures de saints : un chartreux et Sainte-Geneviève (murs de la travée droite). Dans le cadre d’une restauration générale de l’édifice (2005-2009), le travail effectué sur les peintures (nettoyage de la couche picturale, consolidation de l’enduit, homogénéisation du décor,…) a fait ressurgir l’éclat des nuances de rose, sur lesquelles s’appuie l’illusion de relief, propre à la peinture en grisaille. Le travail de restauration, étendu aux peintures de la nef, a permis de redonner, en outre, une unité d’ensemble à la totalité du décor.

La grisaille

A la différence d’une peinture polychrome, la peinture en grisaille se